Notre Dame de Harissa

Posted By Francois El Bacha / octobre, 22, 2013 / 1 comments

Nous avons à plusieurs reprises déjà évoqué la Basilique Grecque Catholique St Paul située à Harissa, cependant, cette localité est connue pour abriter la statue de la Vierge, 22 tonnes de bronze et recouverte de peinture blanche, plus communément appelée Notre Dame du Liban, surmontant la fameuse baie de Jounieh, région que certaines personnes iront même à appeler Marounistan historique. Cette dernière est née de l’idée en 1904 de la célébration du 50ème anniversaire de l’Immaculée Conception, proclamée par Pie IX, le 8 décembre 1854, sur proposition du  le Patriarche Maronite Elias Hoyek (1899-1931) et du délégué apostolique de l’époque au Liban, Carlos Duval,et sera achevée en mai 1908.

Le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban) avec la statue de la vierge Marie et en arrière plan, la cathédrale maronite, Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban) avec la statue de la vierge Marie et en arrière plan, la cathédrale maronite, Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Ce monument, on a tord de l’oublier, a été offert par une bienfaitrice Française, dessinée par Durenne sur le modèle de la Vierge de Catherine Labouré et mis en place par Giot. Un chemin étroit mène à la Statue de la Vierge d’où on peut admirer le paysage de la côte libanaise depuis Aamchit au Nord, jusqu’au Sud de la Capitale Libanaise et évidemment la fameuse baie de Jounieh. A la base du piédestal de la statue de la Vierge, la chapelle originale des lieux, plus intime, ou se recueillent de nombreux pèlerins parfois occasionnels et de différentes religions et il s’agit en effet d’une halte pour des touristes notamment iraniens mais souvent des habitués de la région.

Vue sur Beyrouth depuis le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Vue sur Beyrouth depuis le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Les lieux sont notamment connus pour la commémoration des différentes fêtes de Marie, à commencer le mois de Mai et évidemment, le 15 août de chaque année, du fait de l’indulgence plénière accordée par le Pape Pie X en rapport avec Notre Dame de Lourde, cela expliquant que de nombreuses personnes font alors le pèlerinage à pied, parfois même depuis au delà de Beyrouth, soit sur des distances de plus de 40 km, chose assez rare, on le doit le convenir, le Libanais et la Libanaise étant plutôt habitué au confort automobile. D’autres évènements œcuméniques pour les différentes communautés chrétiennes du Liban, dont la fameuse célébration d’une messe pour les jeunes par le Pape Jean Paul II, le 10 mai 1997, s’y sont déroulées.

Derrière la Statue de la Vierge, l’Église Maronite de Harissa, au style plutôt original, ou sont célébrées les grandes fêtes religieuses de cette communauté.

La cathédrale maronite du sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

La cathédrale maronite du sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

A noter que l’édifice en béton a souffert des affres du temps en raison de son architecture plutôt révolutionnaire à l’époque de sa construction dans les années 60 – 70 et le matériel de construction présentait plusieurs fractures graves faisant craindre son effondrement et nécessitant la fermeture de l’édifice religieux et sa restauration dans l’urgence, restauration terminée cette année.

Note: D’autres statues plus tardives se retrouvent sur la côte libanaise, dont celle de Maghdouché à proximité de la ville de Saïda au Sud Liban mais elles sont cependant considérées comme moi accessibles en raison de leur situation géographique et des évènements qui ont eu lieu durant la guerre civile.

Scorpions, The Best is Yet to Come

Posted By Francois El Bacha / août, 5, 2013 / 1 comments

Retour surprise de Scorpions au Liban après le concert de 2011 auquel on a déjà eu la chance d’assister en 2011. Il s’agit toujours d’une tournée pour un au revoir qui s’éternise certes mais on en demande encore et toujours plus.

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

La différence par rapport à la fois dernière était flagrante, meilleur public, une scène qui semble plus intime, tant pour Meine Klaus, dont la voix n’a pas pris une ride que pour les guitaristes Matthias Jabs, Rudolf Schenker et Pawel Maciwoka. Quand à James Kottak, il semblait plus proche du public, plus accessible.

Meine Klaus, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Meine Klaus, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Meine Klause, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Meine Klause, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Matthias Jabs et Rudolf Schenker, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Matthias Jabs et Rudolf Schenker, Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Peut-être est-ce parce qu’on était dans le Golden Circle qui était cette fois-ci assez restreint nous donnant le privilège d’un rapport plus intime avec les artistes ou la présence simplement de fans dont le Club Scorpions Libanais voir de fans « internationaux » comme le démontrait la présence d’une jeune ressortissante russe qui semble faire tous les concerts du groupe allemand.

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

L’arrivée de Scorpions semble être traditionnel, débarquement par bateau depuis le port médiéval de Byblos.

A signaler aussi une meilleure organisation et la présence (enfin) d’une consigne pour les appareils photographiques dont sont pourvus les nombreux touristes présents pour le Festival de Byblos. Ce n’était pas un luxe…

Scorpions, Festival de Byblos, crédit photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Scorpions, Festival de Byblos, crédit photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Vous pouvez ici visionner une partie du concert et comme vous pourrez le constater, The Best Is Yet du Come en quelque sorte est démontré de manière assez magistrale.

  • Sting In The Tail

  • Make It Real
  • Is There Anybody There
  • The Zoo
  • Coast To Coast
  • We’ll Burn The Sky
  • You and I

  • The Best Is Yet To Come

  • Send me an Angel

  • Holiday

  • Raised On Rock
  • Tease Me, Please Me
  • No One Like You

  • Hit Between The Eyes
  • Kottak Attack
  • Black Out

  • Six String
  • Sting
  • Big City

  • Still Loving You

  • Wind Of Change

  • Rock you Like A Hurricane

Scorpions nous a donc gratifié d’un formidable Adieu digne d’un Hurricane… et il nous reste désormais nos souvenirs et toute notre admiration!

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Scorpions en concert au festival de Byblos, Liban. 27 juillet 2013. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Toutes les photographies du concert à ce lien dans ma galerie Flickr

Une Première pour Byblos By Night

Posted By Francois El Bacha / août, 3, 2013 / 1 comments

Byblos By Night ou le Festival Off s’est paré cette année d’une première, un spectacle son et lumière, digne de la ville proclamée cette année Meilleure ville touristique Arabe 2013 par l’Organisation  Mondiale du Tourisme. Ce aspectacle initialement prévu du 26 au 27 juillet a été prolongé pour une journée, preuve de son succès auprès des touristes et habitants fiers de marquer le coup. Voici une vidéo prise depuis la terrasse du Fishing Club, le fameux restaurant de feu Pépé Abed qui maintient la tradition de l’hospitalité des lieux.

Vous pouvez également visionner les photographies prises lors de cette virée nocturne sur cette galerie Flickr.

Byblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by night
Byblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by night
Byblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by nightByblos by night
Byblos by night

Byblos by Night, un album sur Flickr.