Notre Dame de Harissa

Posted By Francois El Bacha / octobre, 22, 2013 / 1 comments

Nous avons à plusieurs reprises déjà évoqué la Basilique Grecque Catholique St Paul située à Harissa, cependant, cette localité est connue pour abriter la statue de la Vierge, 22 tonnes de bronze et recouverte de peinture blanche, plus communément appelée Notre Dame du Liban, surmontant la fameuse baie de Jounieh, région que certaines personnes iront même à appeler Marounistan historique. Cette dernière est née de l’idée en 1904 de la célébration du 50ème anniversaire de l’Immaculée Conception, proclamée par Pie IX, le 8 décembre 1854, sur proposition du  le Patriarche Maronite Elias Hoyek (1899-1931) et du délégué apostolique de l’époque au Liban, Carlos Duval,et sera achevée en mai 1908.

Le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban) avec la statue de la vierge Marie et en arrière plan, la cathédrale maronite, Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban) avec la statue de la vierge Marie et en arrière plan, la cathédrale maronite, Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Ce monument, on a tord de l’oublier, a été offert par une bienfaitrice Française, dessinée par Durenne sur le modèle de la Vierge de Catherine Labouré et mis en place par Giot. Un chemin étroit mène à la Statue de la Vierge d’où on peut admirer le paysage de la côte libanaise depuis Aamchit au Nord, jusqu’au Sud de la Capitale Libanaise et évidemment la fameuse baie de Jounieh. A la base du piédestal de la statue de la Vierge, la chapelle originale des lieux, plus intime, ou se recueillent de nombreux pèlerins parfois occasionnels et de différentes religions et il s’agit en effet d’une halte pour des touristes notamment iraniens mais souvent des habitués de la région.

Vue sur Beyrouth depuis le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Vue sur Beyrouth depuis le sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

Les lieux sont notamment connus pour la commémoration des différentes fêtes de Marie, à commencer le mois de Mai et évidemment, le 15 août de chaque année, du fait de l’indulgence plénière accordée par le Pape Pie X en rapport avec Notre Dame de Lourde, cela expliquant que de nombreuses personnes font alors le pèlerinage à pied, parfois même depuis au delà de Beyrouth, soit sur des distances de plus de 40 km, chose assez rare, on le doit le convenir, le Libanais et la Libanaise étant plutôt habitué au confort automobile. D’autres évènements œcuméniques pour les différentes communautés chrétiennes du Liban, dont la fameuse célébration d’une messe pour les jeunes par le Pape Jean Paul II, le 10 mai 1997, s’y sont déroulées.

Derrière la Statue de la Vierge, l’Église Maronite de Harissa, au style plutôt original, ou sont célébrées les grandes fêtes religieuses de cette communauté.

La cathédrale maronite du sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

La cathédrale maronite du sanctuaire de la Vierge, à Harissa (Liban). Notre Dame du Liban. Leica M9, Summicron 50 mm. Crédit Photo: François el Bacha. Tous droits réservés.

A noter que l’édifice en béton a souffert des affres du temps en raison de son architecture plutôt révolutionnaire à l’époque de sa construction dans les années 60 – 70 et le matériel de construction présentait plusieurs fractures graves faisant craindre son effondrement et nécessitant la fermeture de l’édifice religieux et sa restauration dans l’urgence, restauration terminée cette année.

Note: D’autres statues plus tardives se retrouvent sur la côte libanaise, dont celle de Maghdouché à proximité de la ville de Saïda au Sud Liban mais elles sont cependant considérées comme moi accessibles en raison de leur situation géographique et des évènements qui ont eu lieu durant la guerre civile.

Operation Tonnerre franco-libanaise

Posted By Francois El Bacha / mars, 26, 2013 / 0 comments

Comme annoncé le 23 mars 2013, l’Armée Libanaise et la Marine Française ont procédé ce matin de 10h à 12h à des manœuvres militaires et contrairement à celles entamées l’année dernière, cette fois-ci, la sécurité était draconienne et on était donc empêché de s’en approcher. Et pour cause, des charges explosives étaient utilisées.

Manoeuvres militaires franco-libanaisesEn lieu et place du Dixmude (numéro de coque L 2015) de 2012, le BPC « Le Tonnerre », numéro de coque L 9014, était de la partie pour ces entrainements militaires qui ont eu lieu à Jounieh, en dessous du Casino du Liban comme à l’habitude.

Manoeuvres militaires franco-libanaises

Manoeuvres militaires franco-libanaises

Manoeuvres militaires franco-libanaises

Manoeuvres militaires franco-libanaisesLa manœuvre consistait en 2 vagues d’assaut – une première avec des zodiacs pour débarquer les commandos en charge de la prise du point de débarquement et une deuxième à l’aide des chalands de débarquement du BPC Le Tonnerre ainsi du Damour et du Saïda de la Marine Libanaise pour débarquer les unités de génie -. Ces 2 vagues d’assaut seront soutenues par les hélicoptères de combat de type Gazelle de l’Armée Libanaise, ainsi que par le débarquement de commandos via  des Pumas de l’Armée Libanaise ou Cougars en provenance du Tonnerre.

Manoeuvres militaires franco-libanaises

Le Tonnerre était pour l’occasion accompagné de manière très discrète – c’est à peine si on pouvait le voir – par la frégate Georges Leygues.

Voir la galerie Flickr des manœuvres

Manoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaises
Manoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaises
Manoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaises
Manoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaisesManoeuvres militaires franco-libanaises

Army, un album sur Flickr.

Les Fetes de Noel

Posted By Francois El Bacha / décembre, 26, 2011 / 2 comments

Les Fêtes de Noël au Liban sont toujours particulières en cette terre d’Orient, non pas que la population fasse dans les excès des décorations publiques ou d’ordre commerciale enlevant toute la magie de cette fête dans le mercantilisme comme cela est le cas en France par exemple, mais, elle témoigne d’une dévotion assez particulière.

Ainsi, pendant la guerre civile, les familles parfois séparées par les ligne de démarcation pouvaient se réunir à la faveur d’une trêve de Noël, les ennemis redevenaient fraternels, partageaient un repas, ils laissaient les armes dans les vestiaires. Ceux qui avaient dû quitter, exilés, de guerre oblige, retournaient chez eux, passer le réveillon. C’était en fait inoubliable.

(suite…)

12